Comment la Côte d'Ivoire peut rattraper son retard technologique

Videos_01

La Côte d’Ivoire est résolument engagée vers la modernisation et une croissance durable de son économie. Elle doit, à cet effet, faire face à de nombreux défis surtout le développement des TIC. Un secteur dans lequel le pays accuse un retard important.

Après ce résumé, vous trouverez le rapport intégral de la Banque Mondiale

Retard technologique. Ce rapport de la Banque Mondiale de 64 pages intitulé « Aux Portes du Paradis - Comment la Côte d'Ivoire peut rattraper son retard technologique ? »  présente la situation économique récente du pays qui reste une des "plus dynamiques d’Afrique, avec un taux de croissance qui devrait se maintenir autour de 7,6 %" et un focus sur les entreprises ivoiriennes toujours en retrait dans l’usage des nouvelles technologies. Elles « n’utilisent pas des technologies modernes et n’investissent pratiquement pas dans la recherche et l’innovation ». « Uniquement 18% d’entre elles utilisent leur propre site web contre 33% dans le reste de l’Afrique ».

Ayant pris la mesure de la situation, la Côte d’Ivoire travaille à rattraper son retard en termes de maturité technologique.

Le gouvernement est convaincu que les TIC sont une véritable opportunité pour atteindre plus rapidement les objectifs qu’il s’est fixés en termes notamment de création de richesse et de réduction de la pauvreté.

Axes de solutions. Présenté en février 2018, ce 6ème rapport économique de la Banque Mondial sur la Côte d’Ivoire  propose une stratégie autour de trois axes complémentaires qui permettront à la Côte d’Ivoire de rattraper son retard technologique et renforcer la vitalité de son économie :

  • Engager une politique d’ouverture marquée par des réformes qui permettent d’attirer des investisseurs étrangers afin de bénéficier de transferts de technologiques et de compétences ;
  • Adapter et faire fructifier cet outil technologique pour accroître les compétences au niveau national ;
  • Développer une bonne connectivité qui facilite les échanges et favorise l’établissement d’entreprises étrangères et au développement d’activités d’exportation. Le pays doit lancer une stratégie portant sur « l'ouverture vers l'extérieur à travers les investissements étrangers et les exportations ». «…  deux vecteurs qui favorisent les transferts de technologie ».

Ce sont en l’occurrence les clés pour amorcer un véritable développement.

Fichiers sources

Connectez-vous pour telecharger les fichiers sources