L'Afrique face aux défis du développement durable

Videos_01
© PNUD
 

La seconde édition de la Conférence Internationale sur l’Emergence de l’Afrique (CIEA), est prévue du 28 au 30 mars 2017 à Abidjan autour des principaux thèmes de la gouvernance des institutions publiques et la transformation structurelle, inclusive et durable.

Précédemment, la Côte d’Ivoire a organisé la toute première édition à Abidjan en mars 2015, avec la collaboration du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et le partenariat de la Banque mondiale et de la Banque africaine de développement(BAD). Moment de réflexion, d’échange et de partage autour de la problématique de l’émergence de pays africains. L’objectif étant de s’inspirer des meilleures pratiques et de les adapter au niveau de chaque pays.

La Conférence - plateforme d’échange - s’est articulée autour de trois thématiques : « L’État développementaliste et l’Émergence », « l’Émergence et les changements des modes de production et de consommation » et « l’Émergence et le développement humain ».

Durant trois jours, des experts du développement de l’administration publique, du secteur privé, de la société civile, du monde universitaire, d’organisations internationales ont présenté des expériences, des modèles de transformation économique, sociale, humaine, environnementale moteurs et facteurs clés de réussite d’un développement inclusif, structurel et durable. Des opportunités que les pays candidats à l’émergence doivent saisir pour améliorer leurs politiques et stratégies de développement en vue d’une émergence génératrice d’emplois et respectueuse de l’environnement.

La réduction de la pauvreté, l’amélioration de la santé, de l’éducation et de la condition des femmes ont été également présentées comme des défis majeurs à relever pour l’atteinte des objectifs. La somme des actions devant s’appuyer sur la constitution de réseaux de partage de connaissance entre pays africains et pays émergents.

L’édition de 2015 a été sanctionnée par l’adoption de la « Déclaration d’Abidjan sur l’Émergence de l’Afrique ». De nombreuses recommandations ont été faites : (i) la promotion d’une croissance accélérée plus inclusive avec pour cible les secteurs et les lieux où se trouvent les pauvres en vue de leur permettre de contribuer directement et plus largement à la croissance; (ii) l’amélioration des dispositifs de protection sociale et les transferts monétaires pour une redistribution plus efficace des bénéfices de la croissance, tout en intégrant la préservation de l’environnement et la question de la sécurité humaine et de la résilience ; (iii) la rénovation des systèmes éducatifs et leur réorientation vers les changements de comportements et de mentalités, le développement des compétences et de l’emploi des jeunes, et l’autonomisation des femmes ; (iv) l’amélioration des systèmes de santé et de planification en prêtant une attention particulière à l’accessibilité, à la disponibilité et aux coûts des prestations ; (v) l’accord au secteur agricole, notamment rural, d’une attention particulière dans le but de renforcer, entre autres, la sécurité nutritionnelle et alimentaire ; (vi) la promotion des politiques de population appropriées pour tirer le meilleur parti possible d’une urbanisation rapide et gérer au mieux les flux migratoires qui en sont une composante essentielle.

Pour un suivi des recommandations, la conférence a décliné plusieurs mesures à savoir : (i) la mise sur pied d’un centre de veille stratégique, (ii) l’organisation tous les deux ans d’un forum sur les bonnes pratiques en matière d’émergence et (iii) la mise en place d’un comité de haut niveau pour assurer le suivi politique de ladite Déclaration et la création d’un Secrétariat Exécutif Régional.

Fichiers sources

Connectez-vous pour telecharger les fichiers sources