Les solutions de SEB contre l'obsolescence programmée

Videos_01

« L’obsolescence programmé » inquiète de plus en plus les gouvernements, les consommateurs, les ONG, etc. Dans un monde qui a fait le choix d’une consommation maitrisée et durable, ce fléau appelle une réponse toute aussi durable qu’intelligente.

Dans cette dynamique d’action, SEB, leader mondial du petit électroménager, a décliné son ambition de se positionner comme le "champion de la lutte contre l’obsolescence programmée". Sa solution : augmenter la durée de vie des produits. Il s’agit en effet de créer, dès la conception, des produits réparables, en faisant en sorte qu’ils soient effectivement réparés et en assurant une continuité de service sur 10 ans.

La démarche de SEB en vue de la durabilité de ses produits a permis d’atteindre de réelles performances. 97% de ses produits sont réparables sur 10 ans, sur l’ensemble de ses marques, grâce à une conception adéquate et la disponibilité de pièces de rechange pour plus de 40 000 articles (dans un centre de stockage, mais aussi avec des imprimantes 3D pour réaliser à la demande les pièces plus rares). Selon les estimations de SEB, cela devrait donner lieu à 500 000 produits effectivement réparés en cette année 2016.

L’obsolescence programmée est perçue par des experts de l’environnement comme un sabotage organisé et surtout un problème de déchets, sans parler des aspects sociaux et sociétaux, notamment des problèmes de santé publique liés aux décharges, en l’occurrence dans les pays en développement.

Les experts sont unanimes, l'Afrique est en passe de devenir le continent-poubelle des ordures toxiques du monde développé. Ils devraient atteindre 67 millions de tonnes de Déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE) en 2017, soit une hausse d’un tiers par rapport à 2014. L’Europe produit à elle seule 10 millions de tonnes en Europe par an.
L’ordonnancement juridique en Europe intègre ces dernières années des lois sur la question. L’ambition de briser, le fort taux d’accroissement de l’usage des ressources naturelles, surtout en France en 30 ans, et à réduire drastiquement la production de déchets qui dépassent les 520 kilogrammes par habitant et par an est affichée. Le droit d’utiliser des produits fiables, réparables et durables doit être garanti.

La saisie de la justice sur certaines pratiques industrielles visant à réduire la durée de vie ou d’utilisation d’un produit afin d’en augmenter le taux de remplacement, va surement contribuer à infléchir la courbe de l’exportation des DEEE en direction des pays pauvres, notamment l’Afrique.

Source : Novethic

[1] L’obsolescence programmée, c’est «ce stratagème par lequel un bien voit sa durée normative réduite dès sa conception, limitant ainsi sa durée de vie d’usage pour des raisons économiques» - Ademe, septembre 2012

Fichiers sources

Connectez-vous pour telecharger les fichiers sources